Recommander

Images aléatoires

  • Zi6 0421 web
  • manifestations-patriotiques02718.jpg

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles

Site national de l'ANT-TRN

ANT-TRN Association Nationale des Titulaires du Titre de Reconnaissance de la Nation
Add to Netvibes
Samedi 15 mars 2014 6 15 /03 /Mars /2014 19:33

LA-BATAILLE-D-IVRY.jpg

Chers amis,  

 

Henri III de France qui se trouve à l’instar de ses frères sans descendance, désigne en vertu de la loi salique Henri de Bourbon, roi de Navarre, comme héritier de la couronne de France. A une époque tourmentée par les guerres de religion, il prend soin de faire signer l’Edit de Nemours en 1585 qui met hors la loi tous les Protestants, afin de sommer le futur Henri IV d’abjurer sa foi et se convertir au catholicisme. Cette loi trop radicale pour l’intéressé, ajoutée à la mort du prince Henri de Condé, place Henri de Navarre comme chef de file des Huguenots, et ennemi de celui à qui il doit succéder.
Un accord signé en avril 1589 permet aux deux hommes de retrouver la paix et de combattre ensemble la Ligue Catholique qui tient Paris. Henri III confirme le choix de son beau-frère et cousin, alors qu’il succombe du coup fatal que le moine fanatique Jacques Clément lui a porté au ventre.
Ainsi le 2 août 1589, la lignée capétienne des Valois s’éteint en même temps que le fondateur de l’Ordre du Saint-Esprit, et celle des Bourbon reprend le flambeau en la personne d’Henri IV.

 

La tâche n’est pas simple pour le nouveau Roi dont la majorité des Français refuse de reconnaître la légitimité même s’il s’est engagé à respecter la religion catholique. Lâché par une grande partie de ses partisans et non reconnu par ses détracteurs, c’est très affaibli que le Béarnais doit (re)conquérir son pays. Avant de devenir Henri le Grand, chéri de ses sujets, il est alors le roi le plus détesté par son peuple que l’histoire n’ait connu.
Si le Vert galant réussit à affermir progressivement son autorité sur les provinces, Paris est une autre affaire. Tenue par le chef de la Ligue Charles de Lorraine, duc de Mayenne de la maison des Guise, la capitale qui avait déjà chassé Henri III n’est pas prête de céder à un roi protestant.  

 

L’assaut direct qui prouve depuis plus d’un an son inefficacité devient inconcevable : l’usage de la ruse s’impose. Après sa victoire contre La ligue à Arques en septembre 1589, et à Vendôme quelques mois plus tard Henri IV brigue Dreux, autre bastion assujetti à son ennemi et dernière ville proche qui lui résiste. Le Roi désire soumettre à sa cause toutes les villes avoisinantes de Paris afin de bloquer son approvisionnement.  Aussi marche-t-il sur la ville Normande avec l’armée royale et ses lieutenants, dont le futur duc de Sully.

 

Le duc de Mayenne ne peut rester inactif devant ce Roi qui s’avère aussi entreprenant que courageux et déterminé, et s’avance à sa rencontre avec un contingent renforcé par les Espagnols, deux à trois fois plus pourvu que celui de son rival.

 

Le face à face a lieu le 14 mars 1590 à l’aube, sur la plaine Saint-André, près de la ville d’Ivry, lieu choisi par le Roi qui feint d’abord de fuir. Conscient de l’inégalité numérique et du peu de chance de réussir, il apostrophe Dieu devant les deux troupes : « Mais, mon Dieu ! S'il t'a plu d'en disposer autrement ou que tu voies que je dusse être du nombre de ces rois que tu donnes en ta colère, ôte-moi la vie avec la couronne », puis afin de redonner l’ardeur à ses hommes, aurait lancé cette harangue devenue célèbre : « Mes compagnons ! Si vous courez aujourd'hui ma fortune, je cours aussi la vôtre ; je veux vaincre ou mourir avec vous. Si la chaleur du combat vous fait quitter vos rangs, pensez aussitôt au ralliement ; c'est le gain de la bataille : et si vous perdez vos enseignes et guidon, ne perdez point de vue mon panache blanc ; vous le trouverez toujours au chemin de l'honneur et du devoir », enfin baissant la visière de son casque orné de plumes blanches, charge…

 

Les plus fidèles s’élancent. Les plus hésitants, frappés par l’audace contagieuse de leur chef, se jettent à leur tour dans la mêlée. Si les premiers mouvements suivent une tactique, la suite de la bataille est une véritable cohue sanguinaire. Les Ligueurs crient plusieurs fois la victoire, les Roi est donné pour mort, mais voici que son panache blanc ressurgit et qu’il encourage encore et toujours ses soldats. L’infanterie du duc de Mayenne est décimée et malgré les pertes du côté protestant, la victoire leur revient.

 

La bataille d’Ivry, sans doute la plus brillante des guerres de religion, ne rend pas son autorité à Henri le Grand. Elle pose le Roi comme un meneur d’hommes et jette sur lui un éclat que la fin de son règne ne ternira pas.
Henri IV a gagné une victoire mais pas la guerre. Paris n’est pas encore pris. Si le blocus fonctionne et que la famine s’abat sur la capitale, Henri IV s’émeut de savoir des hommes, des femmes et des enfants – ses sujets même s’ils le renient – mourir par sa cause. Il préfère « n'avoir point de Paris que de l'avoir déchiré en lambeaux », et envoie des vivres aux parisiens, réduisant à néant quatre mois de siège.

 

Il faut attendre 1594 et sa conversion au catholicisme pour qu’Henri IV soit officiellement sacré roi de France en la cathédrale de Chartres et puisse entrer dans Paris, tel un roi légitime.

Albane de MAIGRET

Par COUPERIE
Voir les 0 commentaires
Dimanche 9 mars 2014 7 09 /03 /Mars /2014 11:35

anttrn_85x85.gifNous sommes en 1862 ,en Virginie ,pendant la Guerre de Sécession .

 

Après la bataille , nordistes et sudistes ont installé leur campement pour la nuit.Soudain le capitaine Robert Ellicombe entend une plainte et découvre un soldat gisant sur le sol.Il rampe vers lui pour lui porter secours mais s'aperçoit qu'il s'agit d'un Confédéré .Il le ramène cependant dans son camp.

 

Il approche une lanterne de son visage .Stupeur , c'est son propre fils et il est mort .Ce jeune homme,étudiant musicien , s'était engagé dans l'armée sudiste. Dans sa poche de son uniforme , on trouve quelques notes de musique qu'il avait dû écrire peu de temps auparavant .Le lendemain , le capitaine demande à ses supérieurs l'autorisation d'organiser pour son fils une cérémonie de funérailles.

 

Les autorités refusent :il s'agit d'un ennemi,mais acceptent cependant de fournir un musicien :un clairon .Quand on met le jeune soldat en terre,ce sont ces quelques notes qu'égrène le clairon .Cette mélodie deviendra "Taps" , l'air si poignant joué à chaque cérémonie américaine en hommage aux soldats tués au combat.

 

(source les fleurs de la mémoire)

 

 

Par COUPERIE
Voir les 0 commentaires
Jeudi 13 février 2014 4 13 /02 /Fév /2014 16:11

madame-Danielle-MINKENDORFER_web.jpgPremière dame porte-drapeau de l’Aveyron de l’UNC et du Souvenir français, Danielle Minkendorfer est, depuis samedi, la première dame à avoir reçu une distinction peu commune dans le département. En effet, pour récompenser plus de 20 années d’engagement dans diverses associations (ASPTT natation, Anciens des travaux du Génie, l’Association de recherches pluridisciplinaires, l’Association des victimes potentielles de la sérivastatine, Union nationale des combattants puis le Souvenir français ), Danielle s’est vu décerner la médaille du civisme et du dévouement avec palme d’or. Cette médaille a été remise à Danielle Minkendorfer par Fabrice Geniez.

Par COUPERIE
Voir les 0 commentaires
Jeudi 30 janvier 2014 4 30 /01 /Jan /2014 15:08
ANT-TRN informe :

La base Sépultures de guerre, accessible sur www.sepulturesdeguerre.sga.defense.gouv.fr depuis juin 2004, est désormais intégrée au site Mémoire des hommes.

Elle comprend aujourd'hui 660 000 noms et permet de connaître le lieu d'inhumation des personnes décédées au cours des conflits contemporains, également celles de la guerre de 1870-71, reposant dans les nécropoles nationales et les carrés militaires communaux entretenus par le ministère de la défense.

Le Code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre prévoit que certaines catégories de ressortissants de ce code peuvent être inhumées dans une sépulture entretenue à perpétuité par l'État. Il s'agit essentiellement :

  • des militaires français et alliés "Morts pour la France" en activité de service au cours d'opérations de guerre (art. L. 498) ;
  • des civils décédés durant la Seconde Guerre mondiale, lorsque la mention "Mort pour la France" a été délivrée et que la mort est la conséquence directe d'un acte accompli volontairement pour lutter contre l'ennemi (art. L. 513).

www.anttrn.com

Par COUPERIE
Voir les 0 commentaires
Jeudi 30 janvier 2014 4 30 /01 /Jan /2014 09:52
ANT-TRN : Enseigner la Résistance et la Libération

 

Comment mettre en oeuvre des projets pédagogiques et éducatifs dans le cadre du 70éme anniversaire des combats de la Résistance ?

A l'occasion du 70éme anniversaire des combats de la Résistance,des débarquements de la libération de la France et de la victoire sur la barbarie nazie,de nombreuses commémorations seront organisées d'ici 2015.Les professeurs des premier et ssecond degrés sont invités à réfléchir à des projets pédagogiques et éducatifs , aux contenus d'enseignement , aux actions éducatives et aux ressources proposés (dans la note ministérielle N° 2013-135 du 10/09/2013 bulletin officiel n°33 du 12 septembre 2013).

Enseigner la Résistance et les résistances en insistant notamment sur les années décisives de 1943 et 1944 -,marquées par l'unification des différentes composantes de la Résistance intérieure , la reconnaissance de la Résistance extérieure , de la France Libre et de la France combattante et la relation entre la Résistance et l'insurrection nationale au moment de la Libération .

Le travail pédagogique portera également sur la Libération en mettant en lumière la place et le rôle des autorités françaises libres dans ce "moment" politique singulier , en soulignant la diversité des espaces géographiques concernés , des débarquements de Normandie et de Provence à la libération du territoire-et en prenant en considération la place de la France dans le concert des nations en 1944-1945 , Troisième axe qui sera abordé , la victoire sur le nazisme et le régime de Vichy et,au-delà , la question de l'unité nationale et des forces politiques , sociales et militaires , ainsi que les premières mesures décisives du gouvernement provisoire .

                         Ces projets pédagogiques peuvent être mis en oeuvre dans le cadre des programmes d'enseignementdu "Cycle des approfondissements" de l'école élémentaire ,en classe de troisième au collège et de première au lycée de toutes les filières et series .D'autres actions éducatives s'inscrivent au coeur des commémorations , comme le concours national de la Résistance et de la Déportation dont le thème en 2014 portera sur la libération du territoire et le retour à la République.

Les élèves  peuvent être associés aux cérémonies locales et nationales qui leur permettront de travailler de manière interdisciplinaire , sur la mémoire de leur territoire en exploitant les ressources locales et en échangeant avec les derniers témoins .Tout en privilégiant l'axe intergénérationnel sur les débarquements de Normandie et de Provence,sur les hommages aux armées françaises dans la guerre ,les hommages aux victimes des crimes commis par l'occupant et la Milice et plus généralement à tous ceux qui ayant perdu la vie dans leur combat pour la France et contre le nazisme ; le rôle des femmes dans la Résistance pourra être mis en lumière à travers l'étude des figures connues ou moins connues.La DMPA soutiendra certains projets pédagogiques dans le cadre de son partenariat avec le ministère de l'éducation nationale .Des ressources pédagogiques seront disponibles sur les sites Educadef et Chemin de la mémoire.

 

  

  

  

 

 

ANT-TRN : www.anttrn.com  www.anttrn.net

Par COUPERIE
Voir les 0 commentaires

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés