Présentation

  • : RECONNAISSANCE DE LA NATION
  • RECONNAISSANCE DE LA NATION
  • : Regroupe les anciens combattants de toutes les générations et les anciens des missions extérieures ,défense des droits et intérêts moraux sociaux ,attribution de la médaille d'honneur des "TRN"
  • Contact

ANT-TRN Association Nationale des Titulaires du Titre de Reconnaissance de la Nation
Add to Netvibes

Recherche

30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 09:53

Le 19 juin 2014 au CFIS du SDIS 17, Monsieur Philippe VIC en sa qualité d’administrateur national de l’ANIMS représentant le médecin-Général Noto, président de l’ANIMS, a remis des médailles de la reconnaissance de l’ANIMS aux instructeur du SDIS 17. Celui-ci a reçu la médaille du civisme et dévouement "palmes d’or" qui lui a été remise par Monsieur Jérôme Gilardeau titulaire de cette même distinction échelon Or, représentant Monsieur Alain Couperie, président de l’Association Nationale des Titulaires du Titre de Reconnaissance de la nation.

SDIS 17 -Philippe VIC à l'Honneur

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 19:42

~~Guerre de 1939-1945 LES ÉVADES DE FRANCE par l'Espagne "Ils choisirent la périlleuse aventure du passage des Pyrénées pour l'honneur de servir" (Maréchal de Lattre de Tassigny) Depuis 1941 et jusqu’en 1943 des Français ont tenté de rejoindre les Forces Françaises Libres. Environ 50.000 réfractaires-Résistants, ou plus, sont partis vers l’Angleterre quand cela était possible, mais surtout vers l’A.F.N. pour s’engager. Ils acceptaient tous les risques, de la prison à la mort, pour reprendre le combat outre-mer en armées régulières. La seule issue : traverser clandestinement les Pyrénées. Ils allaient, au péril de leur vie, passer à travers les surveillances, être aussi transparents que possible aux yeux des Allemands, de la milice et, en général de toutes les polices, fussent-elles françaises ; traverser la montagne en costume de ville, sans entraînement et souvent sans provisions de bouche. Environ les deux tiers des tentatives échouèrent, entraînant des conséquences dramatiques pour des familles entières à la suite de la capture du Résistant par l’ennemi. Peut-être ne saura-t-on jamais le nombre exact des disparus, les milliers qui furent repris et exterminés avant d'avoir pu atteindre la frontière ou même parfois la ligne de démarcation séparant la zone occupée du reste de la France La réussite du passage s’achevait sur la capture par les carabiniers espagnols et une marche interminable, harassés, enchaînés. Ils étaient alors jetés dans des « prisons modèles » où l’on entassait jusqu’à quatorze détenus dans une cellule. Un camp de concentration avait été construit par des ingénieurs nazis à Miranda de Ebro. Destiné aux républicains espagnols pris par les franquistes, on y enferma des Français. Sa honteuse trace a aujourd’hui disparu. Outre les prisons de passage, vingt grands centres d’internement furent recensés en Espagne. Les conditions d’alimentation étaient à la limite de la survie et l’hygiène sous le niveau du moyen-âge avec la pénurie d'eau. La sous-alimentation par une nourriture souillée et l’endémie dysentérique aggravées par une vermine omniprésente avec les séquelles infectieuses, conduisaient à des pertes de poids atteignant jusqu’à 30% pour des internements ordinaires compris entre trois et douze mois. Les délabrements psychologiques étaient importants et n’était-ce la forte raison patriotique qui les conduisit à cette longue épreuve inattendue, beaucoup auraient perdu pied. Les rares contacts avec des prisonniers « politiques » espagnols qui attendaient leur condamnation à mort avec un courage inouï furent aussi d’un grand secours moral. Lorsque le vent de la Victoire tourna, l’Espagne se réserva une porte de sortie en conservant les évadés qui pouvaient servir de monnaie d’échange auprès des Alliés. Tous avaient connu l'angoisse d'être remis aux Allemands. Ces évadés considérés comme ennemis du franquisme puisque ennemis du nazisme seront brimés, méprisés et maltraités tant par le personnel pénitentiaire que par les prisonniers de droit commun auxquels ils étaient mêlés à certains moments de la vie carcérale. Devant les tergiversations du Caudillo Franco qui ne reconnaissait que le gouvernement de Vichy, le Comité Français de Libération Nationale (C.F.L.N.) constitué à Alger en juin 1943 fit suspendre les livraisons à l’Espagne du phosphate marocain. Les représentations britannique et américaine en Espagne, arbitrèrent pour aboutir à un accord, en juillet 1943 : acceptation et reconnaissance d’une mission française du C.F.L.N. à Madrid, en échange d’un contingent de phosphate. Quelqu’un allait enfin pouvoir se pencher sur le sort des prisonniers. Encore fallait-il les retrouver contre le mauvais vouloir des autorités espagnoles et du représentant du gouvernement français en place à Vichy. Alors, des Français prisonniers s’échangèrent contre du blé ou de l’engrais. Sur 23.000 hommes et femmes qui parvinrent à s’évader par l’Espagne, 19.000 volontaires reprirent les armes ; 9.000 Évadés de France perdirent la vie en combattant. Ils combattirent avec la 1ère Armée Française (Gal de Lattre de Tassigny), dont ils constituèrent une partie des effectifs ; avec la 1ère Division Française Libre (Gal Brosset) ; avec la 2ème Division Blindée (Gal Leclerc) ; avec le Corps Expéditionnaire Français en Italie (C.E.F.I. sous les ordres du Gal Juin). D’autres se répartirent dans la marine, l'aviation, les commandos, les parachutistes. Ils participèrent à la marche sur Rome (Cassino), aux débarquements en Normandie et en Provence, ils libérèrent Paris, l’Alsace et Strasbourg, traversèrent le Rhin et pénétrèrent jusqu'au cœur de l'Allemagne. En regard des énormes forces alliées qui participèrent aux deux débarquements en France, ils représentent une minorité. Mais une minorité de 19.000 hommes motivés, dans une Armée nationale affaiblie, mérite de ne pas être oubliée... Jean-Claude B. MONTAGNÉ

Jean-Claude B MONTAGNE 35 rue Salvador Allende 92 220 BAGNEUX

courriel : maniana@orange.fr 01 46 55 03 33 Recherche des anciens et leurs familles

afin de créer une association nationale

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 16:52

~~Des membres de l’ANACAPP (Association Nationale des Anciens Cadres d’Active des Pompiers de Paris) étaient à Saint-Dié-des-Vosges le premier juin 2014 pour la tenue de leur assemblée nationale annuelle, au centre de vacances de la Bolle. L’ANACAPP rassemble d’anciens officiers et sous-officiers des Sapeurs-Pompiers de Paris, elle est affiliée à la Fédération Nationale des Associations de Sapeurs-Pompiers de Paris. Les buts de l’association sont divers, et les missions de ses membres sont multiples : faciliter la reconversion de ceux qui ont quitté la Brigade, contribuer à la protection des personnes et des biens via des opérations d’intérêt généraux dans le domaine de la sécurité civile, en rapport avec l’action des Pompiers de Paris, encadrer les jeunes soldats du feu, ou encore entretenir l’esprit de corps et le devoir de mémoire, et enfin faire découvrir le métier à des jeunes via un service civique . Pour honorer le devoir de mémoire les membres de l’ANACAPP se sont recueillis ce dimanche matin au monument aux morts de la ville de Saint-Dié-des-Vosges. Etaient également présents monsieur Bruno Toussaint, en qualité d’adjoint au maire pour la Mémoire et le Monde Combattant, ainsi que de jeunes sapeurs-pompiers de la ville. Des gerbes ont été déposées au pied du monument, des fanions et médailles ont été remis et le drapeau de l’amicale a reçu la médaille du civisme et du dévouement avec palme d’or de la part de Gérard Blossier délégué de l’ANT-TRN , le président national de l’ANT-TRN Alain Couperie quand à lui remettait la médaille civisme et dévouement palme or au commandant Claude pommier et à l’adjudant-chef René JULES . Le président national de l’association ANACAPP, Johnny Carminati, a rappelé dans un discours les valeurs véhiculées par les Sapeurs-Pompiers, leur dévouement et leur attachement à la population française.

Assemblée de l' ANACAPP
Assemblée de l' ANACAPP
Assemblée de l' ANACAPP

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 15:34

~~Le 09 septembre 2013 à POINT-CLOS (ancien terrain d'aviation) près de GAËL une cérémonie d'hommage aux Harkis avait lieu . Ce fut l'occasion pour le Vice-Président National de l'ANT-TRN monsieur Jacques CHAIGNEAU de remettre la médaille du "Civisme et du Dévouement " à monsieur Jacques HUSSON et à monsieur Marc BENREDJEM devant les autorité locales .

Médaillés du Civisme et du Dévouement à POINT CLOS
Médaillés du Civisme et du Dévouement à POINT CLOS
Médaillés du Civisme et du Dévouement à POINT CLOS

Partager cet article

Published by COUPERIE
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 17:31

018_web.jpgfinistere_morbihan-130_web.jpgfinistere_morbihan-144_web.jpg120508-La-Baule-B-Abile--1-_web.jpg120508-La-Baule-B-Abile--2---2-_web.jpg

 

Remise du drapeau Rawa-Ruska par madame le maire de CAMORS à madame la Présidente en présence de Jacques CHAIGNEAU 

l' ANT-TRN de Bretagne en compagnie de Mme Viviane KERVINIO présidente de la section Bretagne "Ceux de Rawa-Ruska

précise que ce sont entre 23 000 et 25 000 français qui ont été envoyés dans ces camps de la mort lente .

Raisons qui motivèrent la décision detransférer des prisonniers de guerre français à Rawa-Ruska

Il convient de se remémorer la déclaration faite par le Généralde Gaulle, le 28 juin 1940, annonçant la formation d'une forcefrançaise terrestre, aérienne et navale, concourant d'abord àtoute résistance française où que ce soit, dans l'Empire Français.Tous les militaires français de terre, de mer et de l'air étaientinvités à s'y joindre, tous les jeunes gens et tous les hommes enâge de porter les armes étaient invités à s'y enrôler.

Cet appel soulignait encore que "tous les officiers, soldats,marins, aviateurs, français où qu'ils se trouvent, ont le devoir derésister à l'ennemi".

Répondant à l'Appel du Général de Gaulle, Chef de la FranceLibre, parvenu jusque dans les stalags et kommandos, informés enfind'une lutte entreprise par des mouvements de Résistance, de nombreuxprisonniers de guerre français s'évadèrent. Ils n'hésitèrent pasà prendre des risques sur le territoire même de l'ennemi.

En mars 1942, un avis était apposé dans les stalags, d'aprèslequel, et suivant un ordre de l'O.K.W. de Berlin, en date du 21 mars1942, des mesures étaient prises contre les prisonniers français etbelges évadés récidivistes et coupables de sabotages ou de refusde travail réitérés.

"Ces prisonniers seront transférés dans le GouvernementGénéral, à Rawa-Ruska, au nord-ouest de Lemberg.

Malgré cette menace, des prisonniers de guerre françaisn'hésitèrent pas : ils récidivèrent dans l'évasion, le refus detravail, s'exposant délibérément à la déportation à Rawa-Ruska.

Les tièdes s'abstinrent. Les seuls désirant reprendre le combats'acharnèrent. Sur plus de 1 500 000 prisonniers de guerre françaisqui furent internés en Allemagne, 24 à 25 000 furent dirigés surRawa-Ruska et ses sous-camps.

Rawa-Ruska, camp 325, retenu par l'ennemi pour son extrêmeéloignement de la France, l'était aussi par le fait qu'il étaitsitué sur un territoire soustrait aux garanties de la Convention

Le camp de Rawa-Ruska était situé dans une vaste zoned'extermination, à 19 kilomètres de Belzec, à proximité deLublin-Majdanek, Tréblinka, Sobibor, Chelmno, etc. (en Pologne) etles camps d'extermination implantés sur le territoire russe.

Les S.S. et leurs acolytes S.S. ukrainiens pouvaient se livrer àtoutes les exactions, et ne manquaient pas d'en abuser (cf. comptesrendus des différents procès des criminels de guerre).

Le Général Rudenko a déclaré au procès de Nuremberg, que lestroupes russes furent horrifiées lorsqu'elles délivrèrent cettecontrée en remarquant avec quelle cruauté, quel sadisme, les S.S.avaient agi contre des êtres humains.

Le Colonel Pokrovski (Procureur Général soviétique au Tribunalde Nuremberg) a prouvé :

- "qu'à Rawa-Ruska, les hitlériens avaient organisé uncamp où furent détenus et où périrent un grand nombre deprisonniers soviétiques et français, qui moururent de maladiescontagieuses" ;

 "nous avons le témoignage des bestialités innombrables etdes outrages de toute nature que devaient subir les prisonniers deguerre à Rawa-Ruska" ;

D'autre part, il y aurait lieu également de se référer à desextraits parus dans les "Cahiers de Traits" (Edition desTrois Collines à Paris-Genève), numéro double 6/7 de juin-juillet1945 et relatifs aux résultats d'enquêtes effectuées par une"Commission extraordinaire d'Etat pour l'investigation et larecherche des crimes commis par les envahisseurs germano-fascistes etleurs complices dans la région de Lwow (Lemberg) en Ukrainesoviétique".

Il s'agit d'un document traduit du "Soviet War News Weekley"du 4 janvier 1945, dans lequel figurent de nombreux témoignages quen'a pu recueillir le Service international des recherches d'Arolsenn'ayant pu enquêter sur le territoire soviétique.

C'est la raison principale pour laquelle la visite du camp deRawa-Ruska ayant été refusée à la Commission d'Arolsen,Rawa-Ruska n'a pas figuré sur la liste A 160 des Camps dedéportation.

Il faut encore souligner que Rawa-Ruska, situé dans une région àclimat continental, très froid et très long (5 mois de gel de - 20°à -30°), et très chaud l'été, est environné de marécages et detourbières infestés de moustiques. Typhus, typhoïde, diphtérie,dysenterie bascillaire, diarrhée cholériforme, y régnaient defaçon endémique.

(Source le site de l'association www.rawa-ruska.net)

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 11:59

 

Une petite délégation de l'ANT-TRN sur invitation de la présidence de la République Française se rendait aux cérémonies commémoratives du débarquement sur les plages de Normandie .

 

Avec la participation de 18 pays pour cet événement exceptionnel  , 18 nations pour se souvenir et transmettre la mémoire aux jeunes générations , les Nations unies sont nées de cette alliance .

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 11:39

Partager cet article

Published by roland PARIS
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 16:29

Invitation-70eme.jpgChers amis,

Demain je me rendrai sur invitation de la présidence de la République française à la cérémonie officielle internationale du 70ème anniversaire du débarquement en Normandie qui se déroulera à Ouistreham . Au travers moi , c'est l'ensemble des adhérents de l'ANT-TRN qui sera présent et j'aurai pendant cette journée une pensée toute particulière envers nos anciens sans lesquels nous ne serions pas libre .

J'aurai également une pensée envers nos camarades des opérations extérieures , qui luttent également de part le monde pour la paix et la liberté des peuples . Enfin envers les familles qui ont perdu un des leurs , un enfant , un mari . Pensée également envers nos blessés meurtris à jamais dans leur chair .

Je souhaite à tous un excellent 6 juin 2014

Alain COUPERIE

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 12:04

201405080010_web.jpgPar une démarche méthodique et persévérante , madame Nathalie FAYE directrice

d'école parvient à réunir depuis plus de quinze années , à toutes les cérémonies

organisées par les anciens combattants (ACPG-CATM-TOE) de SARDENT un

groupe de jeunes élèves très motivés au monument aux morts de la ville .

Ceux-ci , après avoir lus les noms des anciens combattants figurants sur le

monument , ils se recueillent avec une dignité parfaitement exemplaire .Enfin

pour clôturer la cérémonie , ils interprètent d'une manière émouvante , sous la

direction de madame la Directrice  l'hymne national .

Ce dossier présenté par monsieur le président de la section des anciens

combattants de SARDENT à retenu toute notre attention , ainsi madame la

Directrice a été honorée de la médaille Civisme et Dévouement N°2654 avec

palme Argent .

Le comité de l'ANT-TRN lui adresse ses sincères félicitations .


Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 14:56

Remise de la médaille "Civisme et Dévouement" à madame Marie-Jeanne VALLET par monsieur Claude BITTE vice-président du conseil général de Moselle lors de l'assemblée générale de l'association des donneurs de sang de MORHANGE (Moselle) le 25 avril 2014 .

 

 

Marie-Jeanne-VALLET.jpg

Madame Marie-Jeanne mérite cette distinction , en effet après être entrée au comité de l'association en 1993 elle est devenue la secrétaire de 2001 à 2012 inclus aujourd'hui encore elle continue à oeuvrer efficacement à la bonne tenue de l'association au sein de laquelle elle est devenue secrétaire adjointe pour des raisons de santé .

le comité de l'ANT-TRN lui adresse ses plus vives félicitations .

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article

Articles Récents

Pages

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog