Présentation

  • : RECONNAISSANCE DE LA NATION
  • RECONNAISSANCE DE LA NATION
  • : Regroupe les anciens combattants de toutes les générations et les anciens des missions extérieures ,défense des droits et intérêts moraux sociaux ,attribution de la médaille d'honneur des "TRN"
  • Contact

ANT-TRN Association Nationale des Titulaires du Titre de Reconnaissance de la Nation
Add to Netvibes

Recherche

11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 17:09

Afghanistan : un militaire français tué et un autre très grièvement blessé

Un militaire français, sergent-chef, infirmier au 402 ème régiment d'artillerie (Châlons-en-Champagne), a été tué ce matin lors d'un accrochage en Afghanistan. Un capitaine de l'état-major de la 1er brigade mécanisée (Châlons-en-Champagne) a lui aussi été touché. Très grièvement blessé, son pronostic vital est engagé.

l'Association ANT-TRN exprime sa vive émotion et adresse ses sincères condoléances
aux familles durement éprouvées.

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 08:23
Entre le 16 octobre 1946 date officielle du début de la guerre d'Indochine et la signature des accords de Genève par Pierre Mendès France le 21 juillet 1954 , l'armée française perd  beaucoup d'hommes.Le service historique de la Défense conserve de nombreuses archives sur cette guerre.Les journaux de marches et opérations qui se trouvent à Vincennes , retracent , pour chaque armée respective, les faits d'armes des unités engagées dans ce conflit .Un fonds d'histoire orale d'une grande richesse permet par ailleurs de l'aborder sous un autre angle.L'armée de l'Air y est de loin la mieux représentée,avec près de 150 témoignages illustrant le rôle de l'aviation,en particulier lors de la bataille de Dien Bien Phu.De nombreux hauts gradés de la Marine et de l'armée de Terre ont également relaté leur passage en Indochine en tant que jeunes officiers.Enfin , les témoignages d'anciens membres des services spéciaux,de cinéastes et correspondants de guerre éclairent certains aspects plus méconnus de la guerre.Les enregistrements de ces témoignages sont communiqués à Vincennes,au bureau des témoignages oraux.
Les dossiers des morts et des disparus sont conservés à Caen,au bureau des archives des victimes des conflits contemporains(BAVCC),Héritier du département du patrimoine de la délégation à la mémoire et à l'information historique du bureau de l'état civil militaire qui instruisait les dossiers de décès en vertu de la loi du 10 mai 1946 , le (BAVCC) détient également des témoignages oraux d'anciens combattants .L'ensemble de ces archives permet de suivre le parcours militaire des combattants d'Indochine.Elles concernent en effet les dossiers des personnes tuées et disparues au cours de ce conflit et rassemblent les pièces principalement versées par les officiers d'état civil des unités(état nominatif de pertes,rapports des témoins du décès ,avis de décès ,etc....),par la hiérarchie militaire ou par les autorités civiles telles les mairies ,ayant permis de dresser un acte officiel de décès et de régulariser ainsi l'état civil des victimes.La procédure liée à l'attribution de la mention "Mort pour la France" qui suivait les principes de la loi du 2 novembre 1945 ,était le plus souvent instruite parallèlement à la constitution du dossier .
Dans l'impossibilité de statuer sur le sort de tous les militaires disparus,leur situation ne fut administrativement établie qu'aprés la guerre,lors de la libération des camps de prisonniers du Viêt-Minh ou du retour dans leurs foyers des déserteurs passés dans les rangs de l'armée d'Ho Chi Minh.Quant aux déserteurs qui avaient été repris par l'armée française,ils furent traduits devant des tribunaux militaires, comme en témoignent les extraits des jugements versés aux dossiers.
Concernant les archives des sépultures ,le BAVCC conserve également les dossiers relatifs aux sépultures de guerre et à l'ensemble des questions liées à l'etat civil militaire.Les services de cette époque se sont attachés à rechercher les lieux d'inhumation , à regrouper les corps , à veiller sur les cimetières,puis à rapatrier , à la demande des familles et dans la mesure du possible , les dépouilles des victimes.
Composée de 67 cartons cette série d'archives collectives ,constituée de 1955 à 1987 , aservi notamment dans le cadre de l'évolution des relations avec l'Etat vietnamien pour la mise en oeuvre de la politique de rapatriement des corps et à la création de la nécropole de Fréjus.Ces archives comprennent également une collection de carnets de champs de bataille,classés par lieux ou par unités,ainsi que des listes de cimetières et de sépultures classées par lieux .
Contact
SHD/DIM/BAVCC rue Neuve Bourg l'Abbé-BP 552 - 14 037 CAEN Cedex

( www.anttrn.com)

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 09:59
A savoir:

Le régime de la demi-part supplémentaire au titre de l'impôt sur le revenu accordée aux parents ayant élevés SEULS leurs enfants est modifié depuis l'imposition des revenus de 2009.Cette demi part ne sera maintenue que si les parents peuvent prouver qu'ils ont
élevé seuls un enfant pendant au moins cinq ans .

Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2010

Ce projet de loi prévoit de rétablir l'égalité de traitement entre les souscripteurs de contrats d'assurance-vie en supprimant à compter du 1er Janvier 2010 l'exonération de prélèvements sociaux pour les contrats d'assurance vie en unités de compte en cas de dénouement par décès de l'assuré.Cette disposition ne remet toutefois pas en cause la divergence de régime social en cours de contrat entre les contrats en euros et les contrats en unités de compte ou multi-supports.

Projet de loi de finances pour 2010.

Afin de mieux prendre en compte les modalités contemporaines d'engagement de nos forces armées,le Projet de loi de Finances pour 2010 propose d'étendre l'exonération spécifique de droits de mutation par décès attachée aux successions des militaires ,qui s'applique à titre principal aujourd'hui en cas de décès en temps ou par fait de guerre , aux décès survenus à raison d'opérations extérieures(OPEX) .Cette exonération s'appliquerait ainsi quel que soit le type de mission concernée ( opération militaire , maintien de la paix  , mission humanitaire.......) dès lors que le décès interviendrait pendant l'opération à laquelle participait le militaire décédé ou dans les trois ans qui suivraient .
www.anttrn.com

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 09:10
violetteViolette Jacquet-Silberstein vous avez été déportée à Auschwitz.......
Bien qu'originaire de Roumanie mes parents et moi avons obtenu la nationalité française en 1938.
Nous habitions au Havre où mon père avait un magasin de tailleur.En 1942, comme nous étions juifs,nous
avons dû rendre l'acte de naturalisation daté de 1938 et nos cartes d'identité de Français qui furent remplacées
par des cartes d'étrangers apatrides et estampillées en gros caracrtères: JUIF.Devant la menace qui planait sur nous , ma famille est allé vivre à Lille chez un oncle.J'avais dix-sept ans .C'est là que quelqu'un nous a dénoncés.Arrêtée le 1er juillet
1943 , j'ai été déportée avec mes parents à Auschwitz-Birkenau.Je n'ai jamais su ce qu'était devenu mon père; quant à ma mère , j'ai su très vite qu'elle avait été gazée.
Il y avait un orchestre de déportées au camp.........
A notre arrivée , jai été placée en quarantaine dans le camp A. Mon bloc bordait la rue principale et dès le premier jour , j'ai vu sidérée , défiler un orchestre de femmes.Quelques jours plus tard , on nous a demandé s'il y avait parmi nous des musiciennes pour entrer dans l'orchestre.J'avais bien fait sept ans de violon , mais j'avais beaucoup oublié.Et puis je n'avais pas envie de faire de la musique. Deux de mes amies ont été prises et m'ont vivement conseillé de faire acte
de candidature car elles bénéficiaient d'un meilleur traitement.Elles vivaient et travaillaient dans un bloc à part où il n'y
avait ni violences ni punitions .J'ai pensé alors que je devais essayer de sauver ma vie pour retrouver plus tard la personne qui avait dénoncé ma famille.Et puis à dix-huit ans , on a toujours l'espoir que les choses s'arrengeront.
J'ai donc passé une audition mais on a pas voulu de moi.A la fin de la quarantaine , je me suis retrouvée au camp B, celui des Kommandos de travail.Mes deux amies ont insisté pour que je refasse une tentative auprès d'une autre chef d'orchestre , Alma Rosé , musicienne de haut niveau et nièce de Gustave Malher.Elle a accepté de me prendre à l'essai.Cela m'a sauvé la vie.Nous étions une quarantaine de femmes et formions une sorte de famille , en particulier entre francophones . Avec des violons , des mandolines , des guitares ,une grosse caisse , une batterie , des accordéons
des flûtes, une contrebasse .....,notre orchestre était fait de bric et de broc. Notre répertoire allait de l'opéra à l'opérette en passant par la musique classique et les chansons à la mode . Les SS fournissaient les partitions. Des femmes  de l'orchestre réalisaient les orchestrations .Je crois que nous jouions bien.Nous ne le faisions pas pour plaire aux Allemands , mais par dignité vis-à-vis de nous-mêmes et par respect pour Alma Rosé .
A quoi servait l'orchestre ?
Notre travail consistait à jouer des marches militaires le matin et le soir , à l'aller et au retour de la journée de travail , au moment du comptage des femmes.Nous n'avons jamais joué pour accompagner celles qui partaient à la chambre à gaz
jamais non plus au moment des sélections pour l'infirmerie , personne ne nous l'a demandé.Certaines déportées nous détestaient car la présence d'un orchestre dans ce camp leur était insupportable.Mais d'autres appréciaient.
Des SS dont le sinistre docteur Mengele , grand amateur de Bach , assistaient parfois à nos répétitions et nous demandaient de jouer deux ou trois morceaux.Nous donnions aussi des concerts pour les déportés le dimanche après-midi, en plein air entre les camps A et B . Quand il faisait mauvais, nous allions jouer dans les infirmeries .
Lorsque Alma Rosé est morte de maladie en avril 1944 , il s'est passé une chose incroyable: les SS ont dressé un catafalque pour que nous puissions lui rendre un dernier hommage! L'orchestre a continué à fonctionner.En octobre , à cause de l'avance des troupes soviétiques , nous avons été transférées à Bergen-Belsen où les Anglais nous ont libérées le 15 avril 1945. L'orchestre avait cessé d'exister .
Comment s'est passé votre retour en France?
Je tiens à préciser que je ne me considère pas comme une héroïne mais comme une victime.Mon retour s'est très mal passé.Avec deux parents , nous avons rouvert le magasin de mon père.Mais le plus terrible , c'est  que presque personne n'a voulu entendre notre histoire.Il a fallu du temps avant que les gens nous écoutent .C'est qu'en 1995 , à l'occasion du 50éme anniversaire de la libération des camps , que les choses ont vraiment changé.On m'a alors demandé de témoigner dans les établissements scolaires.Parce que j'ai été un témoin direct qui a vécu l'horreur , j'ai des raisons d'espérer que ces jeunes garderont le souvenir de ce que je leur ai dit, j'en reçois des peuves émouvantes à chacune de mes interventions .
(souce les chemins de la mémoire n° 199 nov 2009)
A lire
Les sanglots longs des violons .....
V.Jacquet-Silberstein, Y.Pinguilly
Oskar Jeunesse.




 

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 12:37

Un enfant du Pays, mis à l'honneur !


Samedi dernier, 5 décembre 2009, l'Adjudant Joël Méné était mis à l'honneur en recevant la Médaille Civisme et Dévouement (Palme Or) pour ses vingt années d'engagement au sein des Sapeurs Pompiers volontaires.
Après la Messe de la Sainte Barbe (Patronne des Pompiers), concélébrée par Monsieur l'abbé Christophe Périchon (Curé de la Communauté de Paroisses du Haut-Conflent) et Mossen Josep Lluís Fernández Padró (aumônier des Sapeurs Pompiers de Catalogne Sud) en l'église Saint-Saturnin de Vernet-les-Bains, l'ensemble des personnalités présentes s'est rendue au Centre de Sécurité pour un Vin d'Honneur, précédé de la remise officielle de la médaille des mains de Madame Brigitte Jalibert, Maire de Vernet, qui prononça un vibrant discours rendant hommage à ce courageux enfant du pays :
En effet, l'Adjudant Méné a débuté sa carrière dans l'Armée, en 1989, par un Service Long dans le Génie à l'UIISC7 (Unité d'Instruction et d'Intervention de la Sécurité Civile nº 7) à Brignolles, créée par le Général de Gaulle comme Corps de Défense civile. Dans ce cadre, il a participé aux opérations de sauvetage en Guadeloupe, suite au cyclone Hugo (plus violent cyclone tropical qu'ait connu les Antilles depuis que des observations scientifiques sont réalisées), mais également à plusieurs campagnes en Corse du Sud (Feux de forêt pendant 4 mois).
Le 23 août 1990, au dessus de Bonifacio, il a été gravement brûlé au visage (brûlure du 2nd degré) en sauvant son camion. Pour ces faits, son Chef de section s'est vu attribuer la Médaille d'argent pour acte de courage et de dévouement. En 1990, toujours, le Sergent Méné fût reçu par le Président François Mitterrand à l'Elysée, en présence de Monsieur Pierre Joxe (Ministre de l'Intérieur). Après son service militaire, il est affecté en 1991 à la Caserne de Ria-Sirach dont il deviendra, par la suite, Chef de centre. En 1999/2000, il participe aux opérations de sauvetage suite à la tempête dans la Creuse et en 2003, il prendra part aux interventions pour éteindre des feux de forêt dans le Var (3 Pompiers morts).
C'est en 2006, qu'il intègre la Caserne de Vernet-les-Bains en tant qu'adjoint au Chef de Centre.
De nombreuses personnalités étaient présentes : Monsieur Roger CLAVÈRE, 1er adjoint à Vernet-les-Bains (Lieutenant Colonel en retraite ayant servi dans l'Infanterie des Troupes de Marine), Monsieur le Commandant de la Gendarmerie Nationale de Vernet-les-Bains, Monsieur Gérard RABAT, Maire de Py, Madame Juliette CASES, Maire de Casteil, le Major Jean-Claude PEDRERO, Chef du Centre de Secours et d'Incendie de Vernet-les-Bains et ses hommes de rang, ainsi que de nombreux élus des Pyrénées-Orientales. La présence des petits Louveteaux des SCOUTS SANT JORDI (Eclaireurs Neutres de France), dont le petit Guillem Méné (9 ans) est membre, a été très remarquée.
Monsieur François-Xavier Pujol de Salas, Délégué Régional de l'ANT-TRN (Association Nationale des Titulaires du Titre de Reconnaissance de la Nation), qui représentait le Président, a rappelé l'importance de reconnaître toutes les formes de courage, de civisme et de dévouement qui restent souvent dans l'ombre.
En cette fête de la Sainte Barbe, ce fût l'excellente qualité du dévouement et du civisme de l'Adjudant Joël Méné qui fut enfin saluée, toujours disponible envers les autres, 7 jours/7 et 24 heures/24 (pour info, il a déjà effectué plus de 220 interventions depuis le début de cette année) avec une abnégation hors du commun, sans pour autant perdre un instant la joie de vivre et le sens de l'humour très fin que les habitants du Conflent et d'ailleurs lui connaissent !
Bravo Joël !

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 12:46
Si le civisme est par définition le respect des droits et des obligations de la citoyenneté , le dévouement quand à lui se trouve être la disposition à servir soit une personne,soit une idée , soit un but commun avec abnégation .

C'est sur ces bases que l'Association nationale des titulaires du titre de reconnaissance de la nation (partenaire de la réserve citoyenne) à l'issue de son assemblée générale de 2006 a souhaité étendre ses marques internes de reconnaissance à des catégories de personnes  pas nécessairement titulaires du titre"T.R.N." , mais qui soit par profession ou par engagement personnel mettaient leur sérieux et leurs compétences au service de leurs semblables.
la distinction "CIVISME et DEVOUEMENT" était née.
Il restait à développer un réseau de personnes influentes et jouissant d'une bonne notoriété afin de faire vivre cette idée.
le 23 novembre 2009 , c'est à Monsieur Pujol de Salas que nous devons l'organisation de cette cérémonie de remises de distinctions dans le prestigieux établissement du "Cercle National des Armées." de la place Saint-Augustin de Paris .
Monsieur Pujol de Salas , Colonel de réserve , titulaire de notre distinction est notre délégué Civisme et Dévouement pour la région parisienne, il fut également une des premières personnes à proposer son aide au service de notre action associative.
Cette cérémonie eut  le plaisir d'avoir la présence d'un représentant du Gouvernement Militaire de Paris , de madame Chantal Houx assistante du Gouverneur de Paris,de monsieur Gérard Vives conseiller spécial de madame Michèle Alliot Marie , de monsieur Thierry Queffelec Préfet hors classe et conseiller spécial auprès de Brice Hortefeux.
On note également la présence du Général d'armement Guy Robin , de monsieur Michel Salmon commissaire au comité de la Flamme, de monsieur Christian Gohier Officier de réserve opérationnelle dans la Marine ainsi que son épouse,de monsieur le Capitaine de Frégate Gérard Kergoas et son adjoint ,du commandant de brigade anti-criminelle ,monsieur Alexandre Hervé accompagné de son chef hiérarchique , de monsieur édouard Cordelier directeur du Développement de la société HV_DC , de monsieur Alain COUPERIE président ANT-TRN et son épouse .
Après avoir retracé la carrière des récipiendaires , le président de l'ANT-TRN a remis la médaille civisme et dévouement palme Or ainsi que la médaille d'honneur de l'ANT-TRN à monsieur Alexandre Hervé pour sa participation aux opérations extérieures au sein de la FORPRONU.
Le Capitaine de Frégate et directeur du cercle national des armées monsieur Gérard Kergoas se voyait remettre également la médaille civisme et dévouement palme or , non seulement pour sa carrière exemplaire au sein de la Marine , mais aussi en sa qualité de donneur de sang bénévole depuis de nombreuses années.
Le comité civisme et dévouement de l'ANT-TRN renouvelle ses sincères félicitations aux deux récipiendaires.

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 13:38
11 novembre 2009
C'est devant le monument aux morts "Gustave Violet de PRADES (66) que la médaille du titre de reconnaissance de la nation
fut remise à Franck LEEUWERCK ( ancien engagé au 5éme Régiment du Train) pour sa participation aux opérations militaires à Mogadiscio
et à Sarajevo , lors de la remise par le Général Henri ROURE , Franck LEEUWERCK aura une pensée émue pour deux de ses camarades
morts pour la France pendant cette période .

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 09:03
Conférence ANAJ-IHEDN - 15/12/2009
Publié le 18/11/2009 par PhilippeBronsart

Chers camarades,

Le comité "Armée du futur" de l’ANAJ-IHEDN organise le mardi 15 décembre 2009 à l'École militaire (amphithéâtre Suffren) une conférence portant sur la façon dont l'introduction d'une nouvelle technique dans l'armement peut modifier les structures sociales de l'armée. Nous aurons le plaisir d'accueillir M. Laurent Henninger, chargé de mission à l'ex-Centre des Etudes Historiques de la Défense, aujourd'hui intégré à l'IRSEM (Institut de Recherche de l'Ecole Militaire).

Laurent Henninger travaille depuis plusieurs années sur le concept de "révolution" ou de "mutation militaire" dans la longue durée historique, au croisement de l’histoire des techniques , des idées, de la sociologie et de l’anthropologie . Ses recherches portent aussi sur la naissance et le développement du concept d’"art opératif" dans les armées des XIXe et XXe siècles, ainsi que sur l’histoire militaire soviétique (notamment la période de l’entre-deux-guerres et la "Grande Guerre patriotique").
Il co-anime un séminaire de mastère "Guerre et société à l’époque moderne" à l’université de Paris I aux côtés de Bernard Gainot, Hervé Drévillon et Pierre Serna, ainsi qu’un séminaire de recherche sur "Les révolutions militaires : approches interdisciplinaires" à l’EHESS (dans le cadre du programme TAGIS - "Transformations actuelles de la guerre et des identités stratégiques"), aux côtés de Maurice Ronai, du CIRPES.

La conférence aura lieu à 19h30 à l'École militaire dans l’amphithéâtre Suffren de l’École Militaire (1 place Joffre - Paris VII).

La conférence est gratuite mais l'inscription est obligatoire avant le vendredi 11 décembre 2009 à l’adresse suivante : armee-du-futur@anaj-ihedn.org

En espérant vous y retrouver nombreux,
Cordialement,

Philippe BRONSART
Secrétaire général de l'ANAJ-IHEDN
secretariat@anaj-ihedn.org
www.anaj-ihedn.org

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 15:38
Gravelotte et ses environs sont le siège de terribles combats au cours de la guerre franco-allemande de 1870, au point que les deux batailles de Rezonville le 16 août et de Saint-Privat le 18 août sont parfois englobées sous la dénomination de « bataille de Gravelotte ». On ne sait si c'est la densité du tir des armes à feu et des canons ou le nombre de soldats tombés sur le champ de bataille qui a donné naissance à l'expression « ça tombe comme à Gravelotte » ou « pleuvoir comme à Gravelotte » lorsqu'il pleut ou grêle énormément. La bataille oppose les VIIe et VIIIe Corps prussiens dirigés par le général von Steinmetz aux IIe (du général Frossard) et IIIe Corps (du général Leboeuf) français du maréchal François Achille Bazaine. Les Prussiens occupent alors le village de Gravelotte et le côté ouest du ravin de la Mance, tandis que les Français occupent le côté est du ravin sur les hauteurs de Rozérieulles. Durant les mouvements prussiens du 17, le génie français a fortifié ses positions et les fermes avoisinantes du Point du Jour, Saint-Hubert et de Moscou. Les Prussiens ont rencontré une vive résistance française, sans jamais réussir à déstabiliser l'organisation adverse. Au prix de pertes terribles, ils réussissent à prendre la ferme de Saint-Hubert. La nuit mettra fin au carnage. On déplore près de 5 300 morts et 14 500 blessés du côté prussien et 1 200 morts, 4 420 disparus et 6 700 blessés du côté français. Malgré l'indécision des combats, l'armée française choisit alors d'abandonner le terrain pour se réfugier à Metz. Cette bataille marque un tournant de la guerre, avec la destruction de l'une des deux armées françaises, celle du Rhin, et le début du siège de Metz, qui capitulera le 27 octobre. C'est également la dernière bataille occidentale où la cavalerie eut un rôle important .

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 14:32
KAPTA" est la nouvelle application informatique de traitement des demandes de cartes et titres.
Initialement développée pour le traitement des demandes de personnes résidant en Algérie, cette application va être
généralisée à l'ensemble de l'activité cartes et titres.Son déploiement dans tous les services départementaux permettra de gérer la mise
en place de la commission nationale , qui se substituera dès 2010 aux commissions départementales.Kapta rendra possible la dématérialisation de certaines procédures, la mutualisation de l'instruction des demandes de cartes , de la production de cartes et titres , de leur envoi au niveau d'un pôle unique.
Un cycle de formation à l'utilisation de Kapta est mis en place fin 2009 pour tous les agents concernés par l'activité reconnaissance-réparation

Partager cet article

Published by COUPERIE
commenter cet article

Articles Récents

Pages

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog